Pensées d'adultes/ La fleur

« L'enfant est à l'adulte ce que la fleur est au fruit. La fleur n'est pas certitude du fruit. »

de Christian Bobin
Extrait de Le Très-Bas

 

 DSC02432

 

Nos idées en vrac :
fleche-violette Le parallèle entre la fleur et l'enfant nous intéresse
fleche-violette La fleur possède tous les atouts : parfum, couleurs, beauté, jeunesse... tout comme l'enfant qui contient tous les potentiels
fleche-violette Cependant la fleur n'est pas certitude de fruit : sans apport extérieur, sans fécondation, elle se fane sans autre avenir
De même, l'enfant a besoin des richesses extérieures : il est nécessaire de le nourrir physiquement (au sens propre du mot) et intellectuellement, de l'accompagner dans sa découverte du monde, de le tuteurer ( éducation, échanges avec d'autres cultures) pour l'aider à grandir solidement et lui permettre de produire « ses propres fruits »

DSC02454 

Réflexion sur la rose : « Comment est-il possible qu'une fleur si magnifique provienne d'une plante chargée d'autant d'épines piquantes? »
Nos idées en vrac :
fleche-rose Cette phrase ne nous renvoie-t-elle pas à notre vie ? À l'intérieur de chacun se trouve une rose. Les potentiels semés en nous à la naissance grandissent parmi les épines de nos erreurs et nos errements.
fleche-rose Il s'agit de trouver la rose à l'intérieur de nous-mêmes... et des autres malgré les épines, par un regard bienveillant tout en étant lucide sur les imperfections et les fragilités

 

DSC02517                                DSC02688  DSC03436

Pensées d'adultes/ Le château et la tour

Nous pensons qu'il est important que nos enfants connaissent les textes fondamentaux de notre société. Il s'agit simplement de les rendre accessibles. Voici ci-dessous l'exemple de "La tour de Babel" que nous avons revisitée dans le respect du sens : les très jeunes enfants savourent ce texte avec enthousiasme !

 En ce temps-là, à Babylone vivait Nemrod. C'était un roi tout-puissant dans cette ville aux grandes murailles, aux jardins suspendus, située entre deux fleuves le Tigre et l'Euphrate. Babylone était prospère. La culture de l'épeautre avait sédentarisé ses habitants et les nourrissait abondamment. L'invention de la roue et de la noria permettait l'irrigation sans modération des cultures dans les champs.

Les babyloniens auraient pu être très heureux si leur roi ne régnait pas avec tant de cruauté : Nemrod était appelé « le chasseur » car tous les
animaux des alentours, chaque bête sauvage qui vivait sur la terre et chaque oiseau qui volait dans le ciel, lui obéissaient. Nemrod possédait un secret que personne d'autre que lui ne connaissait ! Il portait une tunique confectionnée avec des peaux de bêtes. Cette tunique était magique et lui conférait un tel pouvoir que tous les animaux se prosternaient devant lui. Nemrod était aussi invincible, rien ne pouvait l'atteindre et les flèches ne le blessaient pas. Ce monarque pourtant si puissant craignait de se faire voler sa tunique. Ainsi, jour après jour, Nemrod devenait plus méchant, plus violent et désirait toujours plus de puissance.

Le roi nourrissait quatre jeunes aiglons avec de la viande. Lorsqu'ils arrivèrent à l'âge adulte, il les attacha à une nacelle qu'il remplit de morceaux de chair et y prit place. Il nourrit alors régulièrement les aigles afin que la nacelle s'élève très haut dans les cieux, si haut qu'elle dépassa la lumière et pénétra dans les ténèbres. Nemrod eut très peur et jeta la viande. Alors les aigles fendirent le ciel en direction de la terre : le roi chuta violemment.

Nemrod voulut être plus fort que le dieu qui habitait dans le ciel. Alors il réunit tous les Babyloniens et leur dit : « nous allons maintenant
construire une tour tellement haute qu'elle entrera dans les cieux. Ainsi notre célébrité s'étendra dans le monde entier ».Tous les hommes se mirent au travail. En ces temps-là, tous parlaient la même langue. Ils communiquaient et se comprenaient sans problèmes. Ils réussirent ainsi à fabriquer de belles briques très solides en les cuisant à l'intérieur de grands feux : la tour commençait lentement à s'élever. Les ouvriers travaillaient dur jour et nuit. Ils agençaient les briques avec beaucoup de précaution et de précision et les transportaient au sommet de la tour de plus en plus haute. lls paraissaient maintenant aussi petits que des fourmis !

C'est alors que le dieu qui règne dans le ciel estima que la tour s'avérait trop élevée et émit une idée : « allons, descendons » se dit-il
« et confondons les langages des hommes afin qu'ils ne se comprennent plus les uns les autres ». Il fit ce qu'il dit. Alors les hommes ne se comprirent plus ; ils parlaient tous des langues différentes et ne réussissaient plus à travailler ensemble. Les accidents se multiplièrent : des briques mal fabriquées, pas assez ou trop cuites, des effondrements plus ou moins importants dans la construction. Les ouvriers commençaient aussi à se disputer, parfois à se battre. Le soleil s'éclipsa lentement... et la nuit apparut.

Alors la construction de la tour s'arrêta et jamais elle ne toucha le ciel. Les hommes qui ne se comprenaient plus abandonnèrent Nemrod et sa belle cité. Ils se séparèrent et s'en allèrent chacun de leur côté avec leur famille. Leurs routes étaient ailleurs...

Quant à la tour abandonnée, on la nomma Tour de BABEL.

Lire la suite

Pensées d'adultes/ Le dragon

"Tous les dragons de notre vie ne sont peut-être que des princesses qui attendent de nous voir heureux ou courageux"
Rainer Maria Rilke

" La réalité revêt parfois la forme d'un dragon qui s'évanouit dès qu'on ose le regarder en face"
Les dieux voyagent toujours incognito. Laurent Gounelle, 2010.

 " Pour ravir un trésor, il a toujours fallu tuer le dragon qui le garde."
Jean Giraudoux

 

mario enfourche le dragonS.A, 7 ans : "Mario enfourche le dragon. Dans le fond de l'eau,
c'est plus énervé à cause de la reine Aquilina qui crie."

Lire la suite

Pensées d'adultes/ Rois et Reines

« L’homme qui traite sa femme comme une princesse est la preuve qu’il a été élevé par une reine »

« La Reine est une femme par qui le royaume est dirigé quand il y a un roi, et à travers qui il est dirigé quand il n’y en a pas » Ambrose Bierce

home-star


Le conte de fée permet d'aborder de nombreuses questions qui touchent à nos origines individuelles, sociales, à notre environnement, à nos relations aux autres, à la nature, à la mort, à l'amour, à la violence

 

Lire la suite

Pensées d'adultes/ L'oiseau

« Lorsqu’elle s’éveilla, elle dit à son mari, en voyant briller l’étoile du matin :  Regarde cette merveilleuse étincelle dans la nuit. Elle nous annonce que l’aube est en train de naître. Je vais séparer le jour de la nuit »

home-star


Séparer le jour de la nuit renvoie au processus d’individuation selon C.JUNG.

« L’individuation est donc un processus de différenciation qui a pour but de développer la personnalité individuelle…l’individu n’est pas seulement unité…son existence même présuppose des rapports collectifs…l’individuation, bien loin de mener à l’isolement, est la condition d’une cohésion collective plus intensive et plus universelle ».

Lire la suite

Pensées d'adultes/ L'arbre

« Il me sembla apercevoir dans le lointain une petite silhouette noire, debout. Je la pris pour le tronc d’un arbre solitaire. A tout hasard je me dirigeai vers elle. C’était un berger. »

L’homme qui plantait des arbres  de Jean Giono ; très belle édition avec linogravures dans la collection Gallimard Jeunesse

Lire la suite

  • 1
  • 2

Faites-nous parvenir vos créations : nous en choisirons quelques unes et les publierons

Proposez les créations de vos enfants

Voir les réalisations des enfants

Contactez nous

Cliquez ici : Mamie est Instit